Sommaire

Deux types de diabète : type 1 et type 2

90 % des personnes diabétiques sont touchées par un diabète de type 2.

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 est aussi connu sous le nom de diabète insulino-dépendant. C'est une maladie génétique.

Seulement 10 % des personnes diabétiques sont concernées par le diabète de type 1. Elles sont dépendantes à l'insuline, car leur corps n'en fabrique pas.

Les personnes insulino-dépendantes ne peuvent être soignées. Elles doivent donc prendre un traitement à vie qui consiste :

  • à vérifier régulièrement leur taux de glycémie,
  • à pratiquer des injections d'insuline avant les repas ou en cas d'hyperglycémie.

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 n'est pas insulino-dépendant. Il est causé par :

  • l'obésité,
  • la sédentarité,
  • la vieillesse.

Le diabète de type 2 se manifeste également par une hyperglycémie. Une hyperglycémie est un taux de sucre trop élevé dans le sang.

Contrairement au diabète de type 1, le diabète de type 2 peut être soigné grâce à :

  • un régime alimentaire,
  • la pratique régulière d'un sport ou d'une activité physique.

Diabète

Article

Lire l'article Ooreka

Obésité et diabète

Le diabète causé par l'obésité est le plus répandu au monde. L'épidémie est telle, qu'un nom lui a été donné : la diabésité.

Le diabète est l'une des conséquences les plus graves de l'obésité. Il est responsable de :

  • nombreux cas d'amputation,
  • troubles cardiovasculaires,
  • la perte de la vue.

Guérir du diabète

Le diabète causé par un surpoids ou une obésité peut être réduit et même soigné. Pour cela le patient doit :

  • perdre du poids ;
  • soigner son hypertension (traitement naturel ou médicamenteux) ;
  • avoir un taux de cholestérol et de triglycérides dans les normes ;
  • dormir convenablement : il est prouvé que deux nuits de privation de sommeil suffisent à faire augmenter le rapport entre les bactéries intestinales Firmicutes et Bacteriodetes, ce qui est associé à une prise de poids et à de l’obésité. De plus, la privation de sommeil réduit la sensibilité à l’insuline de 20 %.

Pour atteindre ces objectifs, plusieurs solutions s'offrent à lui :

Lire l'article Ooreka