Sommaire

L'adiponectine est une hormone fabriquée par le tissu graisseux, capable de réguler le métabolisme énergétique. Elle a un lien étroit avec les risques d'obésité lorsque ses taux sont faibles et la survenue d'insulinorésistance observée chez les diabétiques.

Adiponectine, définition

L'adiponectine est une hormone produite par le tissu adipeux (la graisse) qui joue un rôle dans la régulation du métabolisme des lipides (les graisses) et du glucose (le sucre). C'est une protéine composée de 247 acides aminés découverte en même temps par quatre équipes de recherche indépendantes dans les années 90, qui lui ont toutes donné un nom différent : Acrp30, AdipoQ, apM1 et GBP28.

Chez l'homme, le gène de l'adiponectine est situé sur le chromosome 3q27.

Adiponectine, caractéristiques

L'adiponectine fait partie des hormones appelées adipocytokines produites par le tissu adipeux. Les taux d'adiponectine sont inversement proportionnels aux quantités de graisse dans l'organisme.

On remarque ainsi que chez les personnes obèses, le taux d'adiponectine est plus faible. Lorsque le taux d'adiponectine augmente, la perte de poids est meilleure.

Les études scientifiques menées par de nombreux groupes de recherche montrent que le tissu adipeux est un organe endocrinien complexe qui communique avec le cerveau et les tissus périphériques par la sécrétion d'adipokines variées dont l'adiponectine fait partie.

Chez l'homme, la concentration plasmatique normale de l'adiponectine totale est comprise entre 5 et 30 μg/ml.

Lire l'article Ooreka

Adiponectine, rôle et fonction

Le tissu adipeux est capable de synthétiser de nombreuses molécules protéiques appelées adipokines ou adipocytokines, dont certaines modulent la sensibilité à l'insuline (hormone sécrétée par le pancréas, nécessaire à l'entrée du glucose dans nos cellules) et l'équilibre énergétique.

La sécrétion d'adiponectine est inversement corrélée à l'indice de masse corporelle (IMC) et l'adiposité viscérale. Autrement dit, plus on est en surpoids, voire obèse, moins on sécrète d'adiponectine et plus on a de graisse autour des viscères. C'est dire le rôle très important de cette hormone !

De nombreuses études ont révélé les différents rôles potentiels de l'adiponectine :

  • Régulation des lipides : elle favoriserait un accroissement de l'oxydation des acides gras libres et conduirait à une diminution en triglycérides (type de graisse) du contenu musculaire mais aussi hépatique (le foie).
  • Régulation du glucose : l'adiponectine permettrait d'augmenter la capture musculaire du glucose (sans augmentation parallèle de l'insuline) avec pour conséquence de diminuer sa production par le foie, anomalie responsable de l'hyperglycémie (taux de sucre sanguin trop élevé) postprandiale des diabétiques.
  • Rôle dans les phénomènes d'inflammation et dans le stress oxydatif (responsables du vieillissement cellulaire sous l'action néfaste des radicaux libres).
  • Action sur l'insulino-sensibilité : l'adiponectine prévient ainsi le développement de l'insulinorésistance (cas où l'insuline sécrétée par le pancréas n'agit plus efficacement pour faire entrer le glucose dans les cellules) et le développement de l'obésité.

Adiponectine, pathologies associées

Des taux faibles en adiponectine auraient une incidence sur des pathologies telles que :

  • l'obésité : des taux faibles en adiponectine favorisent l'augmentation des réserves de graisses de l'organisme ;
  • le risque de développer un diabète de type II (par augmentation de l'insulinorésistance) ;
  • les maladies cardiovasculaires ;
  • l'hypertension.
Lire l'article Ooreka